Mieux comprendre le lien d’attachement père-enfant…

20160513-mieux-comprendre-lien-attachement-pere-enfantLes études sur l’attachement portent souvent sur la relation mère-enfant et peu s’attardent sur le lien qui se développe entre un père et son bébé. Des chercheurs de l’Université de Montréal ont donc voulu mieux comprendre les particularités de l’attachement père-enfant.

Les résultats préliminaires de l’étude ont été présentés lors du 84e congrès de l’ACFAS qui se tient à Montréal cette semaine. Carole Gagnon, étudiante au doctorat à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal, a analysé comment des enfants âgés de 12 à 18 mois réagissaient lorsque l’un de leurs parents s’absentait temporairement. Ce type d’expérience est utilisé couramment pour évaluer la relation d’attachement parce qu’elle cause un léger stress à l’enfant.

La chercheuse a ainsi remarqué que les tout-petits ne réagissaient pas de la même façon au retour de leur père qu’à celui de leur mère. En effet, les enfants avaient plus souvent un comportement détaché avec leur père. Par exemple, ils poursuivaient leur jeu sans réagir à son retour, s’éloignaient de lui ou évitaient les contacts visuels. Avec la mère, les enfants manifestaient davantage de colère en raison de son absence. Ils pouvaient donc la repousser à son retour ou résister à se faire prendre.

Selon Carole Gagnon, la relation d’attachement est composée de deux pôles : celui de la proximité et celui de l’exploration. « L’enfant recherche la proximité de sa figure d’attachement en situation de stress, mais il reprend son exploration quand il est réconforté, explique la chercheuse. D’après nos résultats, l’enfant aurait une tendance vers la proximité avec sa mère alors qu’avec son père, il pourrait y avoir une tendance qui reflète davantage l’exploration. »

« D’autres études ont montré que le père s’engage davantage dans des interactions physiques et stimulantes avec l’enfant, ajoute Carole Gagnon. Le père incite en effet l’enfant à prendre des initiatives, à explorer et à s’aventurer. Le père serait donc davantage associé au pôle de l’exploration qui est aussi celui du développement de l’autonomie. »

Des études indiqueraient également que l’attachement ne se développe pas de la même façon avec la mère et avec le père. Par exemple, des chercheurs ont remarqué que la sensibilité du père aux besoins de son enfant n’a pas un impact aussi important sur le lien d’attachement que la sensibilité de la mère. « Ces résultats soulèvent l’importance de s’intéresser à une expression différente de la sensibilité chez la mère et chez le père, souligne Carole Gagnon. Nos prochaines études pourront alors nous aider à mieux comprendre comment se développe le processus d’attachement père-enfant. »
Kathleen Couillard (article du 13 Mai 2016)